AUX LEURRES

cher le brochet aux leurres

 

Le Matériel
Brochet aux leurres
Canne de 2,50m à 3,00m
Moulinet Tambour fixe leger à mi-lourd
Nylon de pêche : 24 à 35/100

 

La pêche aux leurres, très active, permet de couvrir un vaste terrain. C'est un tort de la juger plus simple, moins variée que la pêche au poisson mort. Un leurre doit être manié avec science afin de donner l'illusion de la vie, être lancé à un endroit précis correspondant au bon poste, souvent situé sous une voûte de feuillage inaccessible ou entre les tiges d'une roselière. Il semblerait que la température de l'eau exerce une influence certaine sur la rentabilité de cette technique, qui n'est guère efficace en dessous de 7°C et au-dessus de 25 °C, seuils thermiques au-delà desquels le poisson demeure quelque peu apathique.

 

Les cuillers tournantes

Brochet aux leurres

Ce sont des leurres de premier ordre et, à ce titre, très utilisés. Malheureusement de trop nombreux pêcheurs exploitent mal leurs qualités en récupérant beaucoup trop vite. Dans les eaux moyennement encombrées, elles se prêtent très bien à un ratissage minutieux des postes entre les obstacles. Afin d'éviter de blesser de nombre brochetons, il est essentiel de choisir des modèles de grande taille (4 ou 5 selon modèles). Une bonne cuiller à brochet dois tourner dès son entrée dans l'eau, y compris lorsqu'elle plonge au cours d'un re cher. Elle doit travailler efficacement à des vitesses de récupération très lentes. Il existe deux grands types de modèles
- Les cuillers plombées sur l'axe (sous la palette), surtout utilisées pour de faibles profondeurs telles qu'on les observe en étang (4 à 5 m), et dans les zones où le courant est inexistant
- Les cuillers plombées en tête, intéressantes pour les grandes profondeurs et la prospection de fosses bordées de courants violents. Ces modèles remportent un vif succès pour la pêche du brochet aux leuures car il est possible de changer le lest selon la profondeur.

Les cuillers ondulantes

Brochet aux leurres

On ne compte plus les brochets qui ont succombé à l'éclat tentateur d'une cuiller ondulante, leurre dont le principe de fonctionnement est d'une simplicité biblique : elle demande à être travaillée comme un poisson mort. L'attrait qu'elle exerce sur les carnassiers n'est pas dû à une quelconque rotation plus ou moins rapide de la palette, source de vibrations, mais à des mouvements dus à la forme de la cuiller et imprimés par les coups de poignet du pêcheur. Une ondulante efficace présente une nage lente, hésitante, entrecoupée de petits sursauts et de brusques changements de direction. Elle trouve son plein emploi dans les eaux calmes et profondes des grands lacs, et présente de très nombreux avantages pour la pêche du brochet aux leurres.
- selon son poids, elle peut travailler à toutes les hauteurs d'eau, de la surface au ras du fond. Grâce aux systèmes anti-herbes équipant des palettes très légères, elle est utilisable dans les étangs envahis de végétation
- l'obligation de «sentir» le leurre, de rester en contact permanent avec la cuiller, oblige à mieux pêcher, moins mécaniquement
- sa simplicité de fabrication en diminue le prix de revient... On peut d'ailleurs aisément réaliser des modèles soi-même, ce qui représente une joie supplémentaire lorsqu'on capture un poisson avec son propre leurre. Surtout, la cuiller ondulante reste utilisable sans trop «tirer» dans des gammes de tailles très élevées (15-25 cm). Nous pouvons sourire des «chausse-pieds» irlandais, qui sont cependant les seuls leurres susceptibles de prendre, à la traîne, les brochets de 20 à 40 livres peuplant les lacs de ce beau pays. Il existe des modèles plus ou moins galbés, droits ou en forme de S. Les plus simples, à palettes plates, doivent être maniés réellement comme le poisson mort. Les autres peuvent travailler seuls, notamment sous l'effet d'un petit courant ou de variations dans la vitesse de récupération.

Les poissons-nageurs

Brochet aux leurres

En dépit d'un prix élevé, les poissons nageurs remportent un vif succès auprès des pêcheurs de brochet aux leurres. La gamme de tailles, de formes, de nages, d'utilisations possibles en fait des leurres adaptés à toutes les situations. Certains plongent, d'autres flottent. Réalisés en balsa ou en caoutchouc, ils ondulent ou frétillent grâce à une bavette fixe ou mobile plus ou moins longue, et pêchent donc pratiquement seuls. Il faut savoir que les montures dotées de trois hameçons triples ne sont utilisables, conformément à la législation, qu'en eau close et privée. La réputation de la marque Rapala n'est plus à faire, avec, parmi le vaste éventail disponible, l'Original flottant pesant 7 ou 21 g pour une longueur de 13 ou 18 cm, le Slider articulé en queue, le CD Magnum, les Magnum flottants et surtout le fameux Shad Rap. La marque Water Queen propose le Rush Mer, mesurant 14 cm et pesant 30 g, grand plongeur, excellent en lac pour le brochet aux leurres.
Les modèles flottants conviennent particulièrement l'été, dans les étangs envahis de végétation. Ils remontent en effet en surface dès que la récupération est interrompue, et s'enfoncent profondément si on l'accélère. On peut donc les faire travailler dans les éclaircies d'eaux libre situées par exemple au milieu des nénuphars, postes d'affût privilégiés des brochets.  

 

                                                          

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×