Techniques de pêche aux leurres

Techniques de pêche aux leurres

 

Bien que la pêche ne soit pas une science exacte, c'est la technique la plus sûre pour ne pas rentrer bredouille. L'action de pêche aux leurres donne de bons résultats à qui a la patience de prospecter longuement les postes supposés de carnassiers ( Herbiers, arbres morts immergés, souche, bref, partout ou il y a des obstacles à proximité ). Généralement, les sujets capturés avec cette technique sont petits à moyens, les gros n'ayant que rarement envie de faire un effort pour courir après le leurre, et j'insiste bien sur le généralement car il est possible de toucher du gros poisson si l'on ramène le leurre très lentement ( les gros twists -- virgules --, les gros rapalas articulés -- articulés car ils n'ont pas besoin d'une grande vitesse pour entrer en action ).

 

 

La Cuiller ondulante

 

Les cuillers ondulantes permettent une exploration large et rapide des eaux les plus dégagées; avec elles, la récupération est plus accélérée; on la sent moins tirer, mais on peut augmenter très sensiblement son pouvoir pêchant en changeant souvent la direction de la canne pour l'obliger à faire de grands écarts irréguliers dans l'axe de sa trajectoire; pour pêcher près de la surface, récupérer le leurre en gardant la canne haute; au contraire, la baisser vers l'horizontale pour pêcher profond.

Mon avis : Ce leurre est déconseillé pour les débutants car cette pêche est tout de même assez difficile.



La Cuiller tournante : 

 

Les cuillers tournantes sont à utiliser dans les eaux moyennement encombrées, car elles se prêtent bien au ratissage minutieux en « slalomant » entre les obstacles; à la récupération, on doit la sentir vibrer et « tirer », mais sans exagération car, pour le brochet, le meilleur ralenti est généralement le plus efficace; en principe, préférer les cuillers plombées sous la palette pour les faibles profondeurs: commencer alors la récupération dès le contact avec l'eau, canne haute au début, puis baissée progressivement vers l'horizontale pour pêcher plus creux. La cuiller plombée en tête, elle, est à réserver pour les postes les plus profonds quand son lest ( souvent interchangeable en grammage) est maximal; ce leurre commence à être actif dès le début de sa libre descente vers le fond et permet les plus grands ralentis, ce qui fait d'elle la cuiller à brochet par excellence.

Mon avis : Je l'utilise de plus en plus rarement car 90% des pêcheurs ne pêchent qu'avec ce leurre, le poisson y est donc plus ou moins habitué en fonction de la pression de pêche aux leurres. Mais, elle reste un leurre très intéressant pour les débutants ...

 

Le Rapala :               

 

Les poissons-nageurs se recommandent dans les eaux les plus encombrées, grâce au fait que, au contraire des cuillers, ils remontent vers la surface dès qu'on interrompt la récupération ( Pour les modèles flottants uniquement ); à l'inverse, si l'on accélère la récupération, ce leurre a tendance à s'enfoncer d'autant plus profondément, surtout pour ceux du type «plongeant». Ils pêchent pratiquement seuls: il suffit d'actionner la manivelle pour les sentir frétiller de la façon la plus attractive.

Mon avis : Vous l'aurez compris, c'est un de mes leurres de prédilection !!!!




Le Twist :                 

 

Les twists sont à utiliser dans tous types d'eau, même les plus encombrés ( Avec un seul hameçon simple, les accrochages sont limités ), ils entrent en action de pêche dès qu'ils ont touchés la surface de l'eau, leurs queues de mettant à onduler immédiatement. Le montage du twist sur la tête plombée est la seule préparation à faire ( par exemple, sur la photo, la queue du twist est en haut, il faudra donc que l'hameçon sorte du twist vers le bas, c'est à dire à l'opposé de la courbure de la queue ), une fois le tout assemblé, il est prêt à pêcher. Essayez de varier les vitesses de récupération, la majorité du temps, ramenez très lentement, puis sur 1 ou 2 mètres plus rapidement ( Imité le poissonnet qui a peur ), puis de nouveau lentement.

Mon avis : Vous l'aurez compris aussi, pour la pêche aux leurres, c'est un de mes leurres de prédilection !!!!



Conclusion : Pour la pêche aux leurres, tous les leurres peuvent être productifs, mais la clef du succès est de savoir à quelle profondeur pêcher, quel leurre utiliser en fonction de la couleur de l'eau, des conditions météo, etc ... n'hésitez pas à changer le lestage, la couleur et le type des leurres en cours de partie de pêche si aucune touche n'a été constatée.




Tableau des Couleurs pour la pêche aux leurres :



Temps / Type de pêche Couleur du leurre

Ensoleillé en surface

 Argenté, Blanc, couleurs claires
Ensoleillé en profondeur (7-8m max)*  Argenté / Bleu, Blanc, tous les fluos

Temps gris en surface

 Or, doré, orange, jaune
Temps gris en profondeur (7-8m max)* uniquement fluos



En grands lacs , la détermination de la profondeur de pêche est la clef de la réussite certains jours (grands vents et vagues), les brochets sont juste sous la surface; en d'autres temps (calme absolu par grand froid), ils sont dans les grands fonds. Entre ces deux extrêmes, tous les niveaux sont possibles. Toutefois, il est raisonnable de commencer une séance de pêche en explorant les postes situés jusqu'à 4 m de profondeur environ; en cas d'insuccès prolongé, passer à ceux qui se présentent entre 4 et 8 m.
* II est tout de même rare d'aller plus profondément pour la pêche aux leurres «nageants», d'autres techniques s'y prêtant mieux (poisson mort manié, leurres à dandiner, pêche au vif).
C'est en choisissant le leurre le mieux adapté, par son type, son lestage ou son pouvoir plongeant, au niveau de profondeur envisagé, que l'on se donne les meilleures chances de réussite en grands lacs; c'est tout de même plus important que la couleur ou la décoration, qui n'ont qu'un rôle visuel ( Si le poisson est en activité de chasse, il attaquera !! ). La touche est souvent brutale, mais elle peut se traduire par un arrêt ferme (comme un accrochage dans une souche), ou bien une soudaine perte de contact avec le leurre (comme si le fil avait été coupé net d'un coup de ciseaux); le mieux est de ferrer énergiquement sur toute sensation insolite.

NB : Repérez les types de poissons fourrages qui sont représenté sur le plan d'eau, par exemple, il m'est arrivé de pêcher le sandre dans un étang infesté de poisson-chat, et je vous assure que j'ai fait de belles pêches de sandres en pêchant au poisson mort manié avec un chat de 4 ou 5 cm ( j'y ai d'ailleurs fait quelques 'chats' de près de 800g en pêchant comme cela), rien ne vaut donc la connaissance des spécificités de chaque plan d'eau.



Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×