Les montages

LES MONTAGES DE BASE                   

 

 Dans tous les types d’eau quand la distance de pêche est inférieure à 50 m, le montage coulissant permet de tromper même les poissons réputés difficiles car très souvent piqués et relâchés. L’emploi d’un bas de ligne plutôt long, 40 cm, et d’une plombée minimum, de 20 à 50 g, aboutit au fait que lorsque la carpe engame et lors des secondes qui suivent, elle ne sent aucune résistance suspecte. Lors d’un départ, il convient de ferrer de façon à piquer correctement la prise.
Ce montage est issu des pratiques traditionnelles et simple à mettre en œuvre. Il est préférable à tout autre à chaque fois que c’est possible.

Il convient d’installer tout d’abord la perle potence après y avoir accroché un plomb d’Arlesay d’un poids minimum, en fonction de la distance à atteindre et éventuellement du courant. Une perle amortisseur est intercalée avant de fixer le Nylon issu du moulinet sur une des extrémités d’un émerillon baril, sur l’autre est fixé le bas de ligne.     

 

1.jpg                                                                                                                                                                                                                                                   Le montage décollé             

   Il est très délicat sur fonds vaseux d’employer un montage classique. La vase rarement homogène est composée de débris dans lesquels le bas de ligne et surtout l’hameçon risquent de s’accrocher. Certains pêcheurs utilisent avec une relative réussite le montage décollé sur toute sorte de fonds différents, mais il s’impose vraiment quand l’épaisseur de vase est importante.
Utilisez un plomb de type trilobé qui grâce à sa forme, ne s’enfonce pas trop profondément. Un émerillon baril est emprisonné entre deux perles coulissantes, elles-mêmes bloquées par des butées. La distance séparant l’émerillon du plomb accroché à l’extrémité du Nylon dépend de l’épaisseur de vase.

L’esche utilisée sera une bouillette flottante mais il est également possible d’escher des graines. A condition toutefois d’intercaler entre elles un matériau flottant comme liège, mousse, polystyrène…
Pour décider à quelle hauteur évoluera l’appât, il suffit de pincer sur le bas de ligne un petit plomb. Avant de lancer le montage sur le poste, il est prudent de vérifier son efficacité en le trempant dans l’eau à proximité du bord.

                                                                                                                                                                                                                                                                               2.jpg        

 

 

 

   

 

         

  Le montage hélicoptère 

     Ce montage permet de pêcher à grande distance sans risques d’emmêlement lors des lancers. Un plomb de type missile d’un poids d’au moins 100 g est accroché au bout de la ligne et c’est lui qui grâce à son parfait aérodynamisme, entraîne l’ensemble du montage. Un tube silicone rigide long de 50 cm, est bloqué en partie haute par deux plombs mous de 5 g chacun. En partie basse, une perle amortisseur est installée entre la gaine et l’agrafe.

Un bas de ligne court, 20 à 25 cm, est attaché directement à la perle potence. Le tube rigide est plaqué sur le fond grâce aux deux chevrotines. Lors de la touche, l’inertie du montage provoque l’autoferrage.
Il est impératif que le tube silicone soit plus long que le bas de ligne pour éviter l’emmêlement. Mais il faut également tenir compte à ne pas pêcher trop fin, 30/100 minimum, pour éviter de rompre la ligne lors du lancer et de voir partir le montage seul

  3.jpg                                                                                                                                                                                                                                                                                                                      

 

 

 

 

 

   Le montage de fuitee 

  Ce montage a été conçu afin de limiter le nombre de fosses touches. Le principe consiste à monter une plombée lourde, de 80 à 150 g et plus, non coulissante. Son inertie offre une résistance immédiate dès la touche pour que l’hameçon se plante dans la bouche de la carpe. Certains poissons devenus particulièrement méfiants engament et recrachent rapidement l’appât ce qui occasionne de si nombreuses fosses touches. Le montage de fuite est également appelé autoferrant.

Un anti-emmêleur souple d’une longueur d’une dizaine de cm, est monté sur le fil issu du moulinet. Un plomb de type boulet, est accroché à l’agrafe de la perle potence fixe. A l’extrémité du Nylon, un émerillon baril est installé. L’autre extrémité reçoit le bas de ligne. Une butée vient maintenir l’anti-emmêleur afin qu’une partie de l’émerillon y entre. Sur ce type de montage, le bas de ligne est plutôt court, 15 à 25 cm, pour réduire au minimum les mouvements possibles de l’esche. 

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                         4-1.jpg

                                        



 

 

 

  Le montage flottant
  

   Il n’est pas rare que des herbes aquatiques tapissent le fond sur une hauteur de plus de 50 cm. Ces zones sont tout à fait propices à une fréquentation régulière des carpes. Peu pêchées sur ce type de postes, elles se croient en sécurité. Le montage flottant permet de pêcher à la profondeur désirée voire jusqu’à la surface en l’absence de courant.

Une olive longue d’un poids nécessaire pour stabiliser le montage est bloqué côté moulinet par une butée, côté bas de ligne par un petit plomb. De la distance séparant le plomb de la bouillette dépend la hauteur à laquelle celle-ci évoluera. Le Nylon est accroché à une extrémité de l’émerillon baril, à l’autre le bas de ligne. Long d’une trentaine de cm, il se termine par une perle flottante puis un hameçon à œillet.
Que ce soit bouillette ou graine, l’appât est obligatoirement flottant. L’olive étant bloquée sur le montage, pas besoin de ferrer. Le poisson se pique tout seul car le montage est autoferrant.

 

5.jpg                                                                                                                                                               

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×