COMPORTEMENT

LE BROCHET et sa pêche

 

   Description :

 

Les traits morphologiques les plus remarquables, chez le brochet, sont la gueule, si parfaitement conçue pour la capture des proies, et le corps, si bien profilé pour l'attaque surprise. La gueule en bec de canard, large, aplatie, et arrondie, s'ouvre démesurément pour montrer un armement impressionnant de plus de 700 dents, acérées et coupantes, se répartissant en deux catégories ayant chacune sa fonction : celles qui garnissent les mâchoires, les moins nombreuses mais les plus grosses et les plus longues, servent à saisir et à clouer la proie; les autres, fines et serrées en massifs, tapissent le palais et la langue et, inclinées vers l'intérieur, ont pour rôle de conduire la proie vers le fond de la gorge en l'empêchant de ressortir.
Le corps, parfaitement hydrodynamique, avec une nageoire dorsale rejetée loin vers l'arrière et une caudale large et puissante, n'est pas conçu pour une nage à grande vitesse prolongée, comme celui du saumon par exemple, mais pour le rush foudroyant à partir de l'immobilité de l'affût afin d'intercepter la proie qui passe à bonne portée.
La robe du brochet est d'ailleurs parfaitement mimétique grâce aux couleurs et aux motifs (taches, zébrures) qui lui permettent de se confondre avec son environnement; d'un milieu aquatique à l'autre, ces couleurs peuvent varier considérablement: jaune paille et gris argenté à verdâtre sur le corps, avec des nageoires orangé à brun rouge, très vives et contrastées dans des eaux claires acides et très pâles et affadies dans les eaux opaques. La femelle peut atteindre une longueur de 1,50 m pour un poids de 35 kg en Europe et, selon certains auteurs, jusqu'à 65 kg en Sibérie - ce qui le placerait bien au-dessus du fameux muski (masquinonge) nord-américain, brochet géant qui ne dépasse pas (!) 2 m de long pour une quarantaine de kilos. Mais chez nous, des sujets de 15 à 20 kg sont déjà de très gros brochets. Les mâles sont sensiblement plus petits, n'atteignant qu'exceptionnellement une dizaine de kilos.

 

 

  Comportement :

  

Le brochet vit dans pratiquement toutes les eaux douces, courantes ou non, acides ou calcaires; ainsi, on le trouve aussi bien dans un étang que dans le cours m

Bien qu'essentiellement chasseur de proies vivantes - et, plus rarement, dans des conditions normales, «ramasseur» de proies mortes -, le brochet est loin d'être ce féroce prédateur pour lequel il a longtemps passé. Il a des cycles d'activité alimentaire espacés de plusieurs jours (parfois huit à dix), entre lesquels il reste totalement apathique, ce qui fait qu'il est bien loin, au total, de manger «son propre poids de poisson par jour», comme l'on disait dans le temps.
Loin d'être un nuisible, il assume une fonction indispensable dans la régulation des équilibres interspécifiques du milieu où il vit, en limitant les espèces à fort pouvoir de reproduction, et aussi dans la sélection de chacune en éliminant les sujets les plus faibles ou malades. Dans les plans d'eau ou cours d'eau où il n'est pas en densité suffisante, il peut se produire des perturbations graves, comme le nanisme des perches, dont il est le prédateur limitant naturel (les premières proies des tout jeunes brochets sont les alevins de perche qui, nés après eux, sont à la bonne taille juste au bon moment) ou bien l'installation d'une maladie sur une espèce donnée, sa dégénérescence, etc.
Il vit en solitaire, sur un territoire dont l'étendue est fonction de ses besoins et de la densité en poisson-fourrage. Tout concurrent qui s'y aventure fait l'objet d'une agression; si le plus faible ne fuit pas, il peut être mangé par le plus fort: ce cannibalisme constitue également une régulation et une sélection de l'espèce par elle-même. Toutefois, ces territoires ne sont pas fixés une fois pour toutes et s'il se produit, à un moment quelconque, une grosse concentration de proies, les brochets peuvent accepter une cohabitation sans agressivité du fait de l'absence de concurrence alimentaire.
Une autre cause de cohabitation momentanée est la reproduction, qui a lieu en mars: à ce moment, on peut trouver une grosse femelle et plusieurs petits mâles réunis sur une frayère (lieu peu profond et riche en végétation: il s'agit souvent du cours inférieur de petits affluents ayant inondé leurs rives). Mais dès que la femelle s'est libérée de ses veufs, elle retrouve son agressivité et est capable de dévorer les mâles les plus petits.

 

 

 

  Le brochet se nourrit habituellement de proies vivantes, des poissons en majorité, mais aussi des mollusques, des crustacés, des larves, des têtards, des batraciens, des reptiles, des petits rongeurs, des poussins d'oiseaux aquatiques, etc. À l'état juvénile, son régime alimentaire comporte autant de larves, de vers

Le brochet se nourrit habituellement de proies vivantes, des poissons en majorité, mais aussi des mollusques, des crustacés, des larves, des têtards, des batraciens, des reptiles, des petits rongeurs, des poussins d'oiseaux aquatiques, etc. À l'état juvénile, son régime alimentaire comporte autant de larves, de vers et de petits crustacés que d'alevins de poissons. Par la suite, il devient essentiellement chasseur: pour cela, il se met en embuscade en prenant une attitude caractéristique: corps légèrement oblique, tête vers le haut, pectorales frémissantes; si l'on observe, au contraire, une position horizontale ou, mieux encore, oblique, la tête vers le bas, il n'est pas en attente d'une proie. Le mécanisme de la séquence d'attaque est le suivant: grâce aux nombreux pores sensoriels qu'il a sur le pourtour de la mâchoire inférieure et, surtout, sur la ligne latérale, il est doté d'un détecteur d'ondes très sensible; de très loin, il perçoit les vibrations émises par une proie qui se rapproche, et commence à se préparer à l'attaque en s'orientant dans la bonne direction. A mesure que les vibrations s'intensifient, le réflexe d'attaque s'arme jusqu'à un paroxysme qui se déclenche de façon foudroyante quand la proie parvient à bonne portée mais qui peut être stoppé à tout Moment si un stimulus inhibiteur est capté. La vision, quant à elle, semble n'entrer en action qu'à l'ultime moment, pour ajuster le coup de gueule.



et de petits crustacés que d'alevins de poissons. Par la suite, il devient essentiellement chasseur: pour cela, il se met en embuscade en prenant une attitude caractéristique: corps légèrement oblique, tête vers le haut, pectorales frémissantes; si l'on observe, au contraire, une position horizontale ou, mieux encore, oblique, la tête vers le bas, il n'est pas en attente d'une proie. Le mécanisme de la séquence d'attaque est le suivant: grâce aux nombreux pores sensoriels qu'il a sur le pourtour de la mâchoire inférieure et, surtout, sur la ligne latérale, il est doté d'un détecteur d'ondes très sensible; de très loin, il perçoit les vibrations émises par une proie qui se rapproche, et commence à se préparer à l'attaque en s'orientant dans la bonne direction. A mesure que les vibrations s'intensifient, le réflexe d'attaque s'arme jusqu'à un paroxysme qui se déclenche de façon foudroyante quand la proie parvient à bonne portée mais qui peut être stoppé à tout Moment si un stimulus inhibiteur est capté. La vision, quant à elle, semble n'entrer en action qu'à l'ultime moment, pour ajuster le coup de gueule.

 

co Régime Alimentaire:

 

Le brochet se nourrit habituellement de proies vivantes, des poissons en majorité, mais aussi des mollusques, des crustacés, des larves, des têtards, des batraciens, des reptiles, des petits rongeurs, des poussins d'oiseaux aquatiques, etc. À l'état juvénile, son régime alimentaire comporte autant de larves, de vers et de petits crustacés que d'alevins de poissons. Par la suite, il devient essentiellement chasseur: pour cela, il se met en embuscade en prenant une attitude caractéristique: corps légèrement oblique, tête vers le haut, pectorales frémissantes; si l'on observe, au contraire, une position horizontale ou, mieux encore, oblique, la tête vers le bas, il n'est pas en attente d'une proie. Le mécanisme de la séquence d'attaque est le suivant: grâce aux nombreux pores sensoriels qu'il a sur le pourtour de la mâchoire inférieure et, surtout, sur la ligne latérale, il est doté d'un détecteur d'ondes très sensible; de très loin, il perçoit les vibrations émises par une proie qui se rapproche, et commence à se préparer à l'attaque en s'orientant dans la bonne direction. A mesure que les vibrations s'intensifient, le réflexe d'attaque s'arme jusqu'à un paroxysme qui se déclenche de façon foudroyante quand la proie parvient à bonne portée mais qui peut être stoppé à tout Moment si un stimulus inhibiteur est capté. La vision, quant à elle, semble n'entrer en action qu'à l'ultime moment, pour ajuster le coup de gueule.

urs moyen d'une rivière à truite, dans un grand lac, dans les eaux d'un marécage ou dans un grand fleuve. On le trouve aussi dans les eaux saumâtres ou f

Le brochet vit dans pratiquement toutes les eaux douces, courantes ou non, acides ou calcaires; ainsi, on le trouve aussi bien dans un étang que dans le cours moyen d'une rivière à truite, dans un grand lac, dans les eaux d'un marécage ou dans un grand fleuve. On le trouve aussi dans les eaux saumâtres ou faiblement salées de certaines côtes scandinaves. Son aire de répartition excluait l'Espagne, mais on le rencontre maintenant aussi dans ce pays à la suite d'introductions artificielles. Normalement, il se tient dans des profondeurs n'excédant guère 4 à 5 m toutefois, il est capable, pour diverses raisons (migration de ses proies, recherche de sa «zone de confort»), de descendre beaucoup plus profondément; mais son habitat normal se situe dans les zones les plus éclairées (même s'il s'y tient à l'ombre), les moins froides et les moins turbulentes. II recherche les secteurs riches en « couverts » où il peut se dissimuler pour se mettre en embuscade
herbiers, arbres et branchages immergés, blocs rocheux, accidents de relief du fond, etc. Néanmoins, il peut suivre un banc de poissonnets jusqu'au milieu d'un immense plan d'eau, restant dans les 4 ou 5 m de surface même si la profondeur y est de plusieurs dizaines de mètres.

aiblement salées de certaines côtes scandinaves. Son aire de répartition excluait l'Espagne, mais on le rencontre maintenant aussi dans ce pays à la suite d'introductions artificielles. Normalement, il se tient dans des profondeurs n'excédant guère 4 à 5 m toutefois, il est capable, pour diverses raisons (migration de ses proies, recherche de sa «zone de confort»), de descendre beaucoup plus profondément; mais son habitat normal se situe dans les zones les plus éclairées (même s'il s'y tient à l'ombre), les moins froides et les moins turbulentes. II recherche les secteurs riches en « couverts » où il peut se dissimuler pour se mettre en embuscade
herbiers, arbres et branchages immergés, blocs rocheux, accidents de relief du fond, etc. Néanmoins, il peut suivre un banc de poissonnets jusqu'au milieu d'un immense plan d'eau, restant dans les 4 ou 5 m de surface même si la profondeur y est de plusieurs dizaines de mètres.

 

ment salées de certaines côtes scandinaves. Son aire de répartition excluait l'Espagne, mais on le rencontre maintenant aussi dans ce pays à la suite d'introductions artificielles. Normalement, il se tient dans des profondeurs n'excédant guère 4 à 5 m toutefois, il est capable, pour diverses raisons (migration de ses proies, recherche de sa «zone de confort»), de descendre beaucoup plus profondément; mais son habitat normal se situe dans les zones les plus éclairées (même s'il s'y tient à l'ombre), les moins froides et les moins turbulentes. II recherche les secteurs riches en « couverts » où il peut se dissimuler pour se mettre en embuscade
herbiers, arbres et branchages immergés, blocs rocheux, accidents de relief du fond, etc. Néanmoins, il peut suivre un banc de poissonnets jusqu'au milieu d'un immense plan d'eau, restant dans les 4 ou 5 m de surface même si la profondeur y est de plusieurs dizaines de mètres.

Le brochet vit dans pratiquement toutes les eaux douces, courantes ou non, acides ou calcaires; ainsi, on le trouve aussi bien dans un étang que dans le cours moyen d'une rivière à truite, dans un grand lac, dans les eaux d'un marécage ou dans un grand fleuve. On le trouve aussi dans les eaux saumâtres ou faiblement salées de certaines côtes scandinaves. Son aire de répartition excluait l'Espagne, mais on le rencontre maintenant aussi dans ce pays à la suite d'introductions artificielles. Normalement, il se tient dans des profondeurs n'excédant guère 4 à 5 m toutefois, il est capable, pour diverses raisons (migration de ses proies, recherche de sa «zone de confort»), de descendre beaucoup plus profondément; mais son habitat normal se situe dans les zones les plus éclairées (même s'il s'y tient à l'ombre), les moins froides et les moins turbulentes. II recherche les secteurs riches en « couverts » où il peut se dissimuler pour se mettre en embuscade
herbiers, arbres et branchages immergés, blocs rocheux, accidents de relief du fond, etc. Néanmoins, il peut suivre un banc de poissonnets jusqu'au milieu d'un immense plan d'eau, restant dans les 4 ou 5 m de surface même si la profondeur y est de plusieurs dizaines de mètres.

Le brochet vit dans pratiquement toutes les eaux douces, courantes ou non, acides ou calcaires; ainsi, on le trouve aussi bien dans un étang que dans le cours moyen d'une rivière à truite, dans un grand lac, dans les eaux d'un marécage ou dans un grand fleuve. On le trouve aussi dans les eaux saumâtres ou faiblement salées de certaines côtes scandinaves. Son aire de répartition excluait l'Espagne, mais on le rencontre maintenant aussi dans ce pays à la suite d'introductions artificielles. Normalement, il se tient dans des profondeurs n'excédant guère 4 à 5 m toutefois, il est capable, pour diverses raisons (migration de ses proies, recherche de sa «zone de confort»), de descendre beaucoup plus profondément; mais son habitat normal se situe dans les zones les plus éclairées (même s'il s'y tient à l'ombre), les moins froides et les moins turbulentes. II recherche les secteurs riches en « couverts » où il peut se dissimuler pour se mettre en embuscade
herbiers, arbres et branchages immergés, blocs rocheux, accidents de relief du fond, etc. Néanmoins, il peut suivre un banc de poissonnets jusqu'au milieu d'un immense plan d'eau, restant dans les 4 ou 5 m de surface même si la profondeur y est de plusieurs dizaines de mètres.

 

Le brochet vit dans pratiquement toutes les eaux douces, courantes ou non, acides ou calcaires; ainsi, on le trouve aussi bien dans un étang que dans le cours

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site