AU POISSON MORT MANIE

Pêche du sandre au poisson mort manié

 



Le Matériel
Sandre au mort manié
Canne Mort Manié de 2,50 m à 3.50 m
Moulinet Tambour fixe léger
Nylon de pêche : 26 à 30/100 Fluorescent obligatoire

 

C'est en 1967 qu'Albert Drachkovitch prit son premier sandre au poisson mort manié, grâce à une technique et un matériel spécifiques, dont une fameuse monture qui allait créer une véritable révolution halieutique, ainsi qu'une renaissance de la pêche aux carnassiers. Il faut rendre hommage à ce maître de la traque du sandre qui a dévoilé cette incomparable méthode. En de nombreuses circonstances, notamment dans les lacs de barrage ou les ballastières, dans tous les endroits profonds encombrés d'obstacles, elle demeure la technique la mieux adaptée au comportement du sandre. C'est aussi la plus sportive des pêches aux carnassiers. Elle implique une parfaite connaissance du terrain, une extrême sensibilité tactile et visuelle, pour percevoir la plus petite tirée anormale ou le moindre déplacement douteux de la bannière. Cette traque passionnante exige un long apprentissage.



  La fameuse monture inventé par Albert Drachkovitch

Voir aussi : La Pêche au Poisson Mort manié

 

Elle consiste à donner l'illusion de la vie au poissonnet, afin de déclencher l'attaque du carnassier. La présentation, l'allure imitent au mieux un alevin blessé ou l'agonie qui se déplace par bonds hésitant Le lancer s'effectue souplement en balançant sous la canne, avec la meilleur précision possible et la plus grande discrétion, en direction du poste présumé, Pick-up ouvert, on garde ensuite du doigt un contrôle vigilant de la descente leurre, bannière tendue. Cette attention constante maintenue sur le fil permet de déceler la moindre touche pouvant se produire (cela arrive souvent lors de l'immersion, alors que le poissonnet virevolte en descendant, et qui se traduit par un léger déplacement latéral de la bannière. Lorsque cette dernière mollit, marque légère détente, la monture est parvenue à destination. Le pick-up est rabattu, et un coup sec du poignet décolle l'appât du fond sur une hauteur de 20 cm à 1 m. La canne est amenée ainsi à la verticale, puis accompagne à nouveau le leurre au cours du relâcher jusqu' fond, avec lequel il est indispensable conserver un contact permanent.



Il est très important, notamment lorsqu'on prospecte les grandes profondeurs, de donner suffisamment d'amplitude au mouvement. La faute classique du débutant est d'effectuer une courte tirée qui, 30 m plus bas, n'a aucune incidence et ne fait pas bouger le poisson! Le mouvement de traction décrit peut être accompagné de courtes saccades nerveuses imprimées sur 1 ou 2 m, ou au contraire de lentes tirées provoquant de molles ondulations. Quelques tremblotements du scion permettent d'animer le poisson sur place, et des déplacements latéraux, combinés aux tractions verticales, font varier la nage. Dans les lieux très encombrés, une dandine verticale à l'aplomb de la canne est très efficace !


 

La Touche / Le Ferrage

Sandre au mort manié

La touche peut se traduire par une incroyable diversité de sensations, souvent peu perceptibles, auxquelles il convient de répondre instantanément par un ferrage ample et énergique. Tout retard signifie invariablement un ratage, le sandre relâchant très vite la monture piégée.

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×